facebook-domain-verification=dls339yg5hb8sp4b1rbstaycwa8qp5
top of page

Dans ce blog, René Dumonceau partage des articles en rapport avec son courant de pensée. 

 

"Il faut rêver le monde plus beau qu'il n'est, en espérant qu'il le devienne".

Yves Duteil.

 

Abonnez-vous à la newsletter

Merci de vous être abonné !

Les moins de 40 ans auraient le blues, seraient en mal-être et manqueraient de confiance en eux


un homme de moins de 40 ans parait stressé
© Getty Images

Comme chaque année depuis 2015, Solidaris, une société mutualiste belge, publie son baromètre sur la confiance et le bien-être des Belges. Et de manière globale, le Belge se sent mieux : par rapport à 2021, l’indice de bien-être et de confiance est en hausse de 1,8 point. La sortie des années Covid explique en grande partie cette amélioration. Mais ce constat positif cache une réalité qui l’est beaucoup moins : selon cette étude menée par la mutualité socialiste, les moins de 40 ans ne vont pas bien.


" Les chiffres sont interpellant ", explique Delphine Ancel, responsable Etudes chez Solidaris. Et elle sait de quoi elle parle puisqu’elle participe à cette mesure annuelle du bien-être de la population depuis 2015.


"Dans la catégorie des moins de 40 ans, tous les indices sont à la baisse par rapport à l’année dernière. Seul l’indice sur la qualité relationnelle ne l’est pas !". Cet indice porte sur la vie de couple, la famille ou encore le réseau d’amis, le voisinage.


Les plus de 40 ans et les plus de 60 ans ne sont pas dans le même cas. Les plus positifs sont les plus de 60 ans : "c’est la tranche qui redémarre le mieux", explique Delphine Ancel. "Mais attention, il ne s’agit pas d’une tranche d’âge très homogène. La situation est très différente si on a 62 ou 75 ans, si on travaille encore ou pas. Mais on peut quand même dire que c’est la tranche d’âge qui a été la plus touchée par la covid et qui est donc soulagée d’avoir passé la crise. C’est aussi certainement la tranche d’âge la moins impactée par la crise budgétaire."




Rien ne va plus chez les moins de 40 ans ?


Globalement, l’indice de bien-être et de confiance, calculé en points, est en hausse par rapport à l’année dernière puisqu’il est passé de 51,3 à 52,2. Cela représente donc une augmentation de 1,8%.


Mais les différences sont importantes entre les tranches d’âge :

indices de bien-être en Belgique en 2021 et 2022
© Bertrand Massart – RTBF

On voit que cet indice :

  • Baisse de 1,7% chez les moins de 40 ans

  • Augmente de 0,6% chez les 40-59 ans

  • Fait un bond de 5,4% chez les plus de 60 ans


Et c’est l’indice sur la santé psychique, dans lequel on retrouve par exemple le ressenti aux angoisses ou l’état de dépression, qui est certainement le plus interpellant :

indice de santé psychique Belgique entre 2021 et 2022
© Bertrand Massart – RTBF

Cet indice est donc en baisse de 5,3% chez les moins de 40 ans, alors que dans les deux autres tranches d’âge il augmente de plus de 5% !


L’enquête révèle que chez les moins de 40 ans, 3 sur 10 évaluent leur vie de façon négative. Près de 40% se disent en dépression, contre 32% en 2021. Un sur 5 seulement est optimiste face à l’évolution de la société, il y en avait 1 sur 4 l’année dernière.


A la baisse aussi, l’indice sur la santé physique, sur les conditions objectives de vie (logement, sécurité financière, sécurité d’emploi, etc.), sur le rapport à la société.


Par rapport au travail, ils sont de moins en moins nombreux à l’estimer comme source de bien-être et de plus en plus nombreux à se sentir dépassés par la masse de choses qu’on attend d’eux.


Le même type d’étude a été mené en France. " On constate en France la même tendance chez les moins de 40 ans ", conclut Delphine Ancel. " C’est même pire", ajoute-t-elle.




Les plus touchés ? Les 18-25 ans


Mais dans les moins de 40 ans, il est une tranche d’âge qui a certainement souffert davantage encore : les 18-25 ans. C’est, en tout cas, ce que pense Olivier Luminet, professeur de psychologie de la santé à l’UCLouvain (Université Catholique de Louvain, Belgique). Il s’est particulièrement intéressé à eux, suite à la crise covid.


Il constate que les chiffres étaient alarmants en 2021 et que la situation ne s’est pas vraiment améliorée cette année.


"On continue à sous-estimer l’impact post-covid sur cette tranche d’âge qui a payé le tribut le plus cher au niveau relationnel", explique-t-il. Car il s’agit de la tranche d’âge qui a besoin de se faire des amis, de les rencontrer. Ce besoin se fait moins ressentir après 40 ans, moment où les amitiés sont construites et où la vie de famille prend une grande importance.


Il en prend pour preuve le nombre d’étudiant en complet décrochage scolaire : un nombre impressionnant de jeunes, estime-t-il, ne se présente pas aux examens, ne rend pas leurs travaux de fin d’étude : " ils ont disparu des radars ".


Il plaide dès lors pour des états généraux de la jeunesse et pour un large investissement dans la prévention mentale.


Du côté de Solidaris, Delphine Ancel demande aussi que soit mesurée l’étendue des dégâts. Elle espère que les politiques prendront en compte cette étude. Car " chaque année, on a l’impression de dire la même chose, cette tendance de fond à la baisse est là, année après année ".


Source : Publié le 13/12/2022 sur le site de la RTBF sous le titre "Les moins de 40 ans ont le blues, selon le baromètre Solidaris consacré au bien-être et à la confiance".

Relayé par René Dumonceau.




Si vous vous reconnaissez dans cet article et que vous appréciez les thérapies alternatives, je peux certainement vous aider à retrouver un mieux-être dans votre quotidien


Dans ce site, je propose des prestations énergétiques transmises à distance.


Pour deux d'entre elles, si vous souscrivez à un abonnement mensuel, je propose un essai gratuit de deux semaines (soit 14 jours gratuits).


Par après, si vous continuez l'abonnement, au bout de trois mois, je vous expliquerais comment personnaliser le travail de l'énergie afin de solutionner ce qui vous préoccupe principalement dans votre santé et dans votre corps.


Si vous êtes sceptiques quant à l'efficacité de ces prestations, je vous invite à lire les témoignages.


Voici les liens dont vous avez besoin :


Dès à présent, je remercie les personnes qui me feront confiance pour les aider à se remettre à l'endroit dans leurs baskets et surtout, dans leur tête et dans leur corps, sans oublier leur cœur, ... avec l'Amour d'eux-mêmes qu'ils auront retrouvé.


Coeurdialement.


René.


femme stressée




55 vues0 commentaire
bottom of page